• cabinet altervéto

LES VERMIFUGES NATURELS A BASE DE PLANTES. entre croyances mythes et réalité..

Mis à jour : mai 14



Nous avons tous plus ou moins conscience que l'usage des vermifuges chimiques n'est pas anodin : agression de la flore intestinale, résidus chimiques pollution de l’environnement, problème de résistance.. De plus en plus de propriétaires et d'éleveurs souhaitent en réduire l'usage au strict minimum et cherchent des solutions pour aller dans ce sens.

La règle aujourd'hui se résume ainsi :

  1. Traiter moins et traiter mieux

  2. avec des molécules moins agressives et des produits naturels


Malheureusement raisonner l'usage des antiparasitaires n'est pas si évident que cela puisse paraître au premier abord. Il faut intervenir au bon moment, gérer la contamination des sols, choisir le produit adéquate en fonction du niveau d'infestation, entre autre.. Beaucoup s'y perdent. Certains se découragent et optent pour des protocoles systématiques allégés alternés ou non avec des vermifuges aux plantes Quelques uns se font peur en passant au bord de la catastrophe et reprennent tout comme avant avec l'idée qu'il y a que le chimique qui marche.. Enfin, et c'est une tendance de plus en plus forte, certains stoppent net les traitements chimiques et passent aux méthodes « naturelles » Ces méthodes « naturelles » se basent sur des concepts de renforcement de l'immunité des animaux pour qu'ils résistent mieux aux parasites. Pour ce faire elles proposent de substituer les traitements chimiques par des compléments alimentaires et des vermifuges doux à base de plantes, parfois elles proposent aussi des adaptations du plan de pâturage. Ces méthodes sont efficaces pour des effectifs très peu parasités mais elles se révèlent vite insuffisantes pour maîtriser une pression parasitaire plus élevée.

Petit à petit ils semblent que cette philosophie du naturel ait eu des effets pervers et inattendus en véhiculant une idée erronée du concept de l'équilibre animaux / parasite / plante.

Ainsi je rencontre de plus en plus de personnes qui sont persuadées que :

  • Le parasitisme chronique est positif ou du moins pas vraiment dangereux.

  • L'usage des vermifuges chimiques est à proscrire car mauvais pour la santé de leur animal remplaçant la peur du parasite par la peur de l'effet secondaire

  • les signes cliniques tel que ramollissement des selles et ballonnement sont uniquement dus à l'herbe quand ils sont fluctuants.


Faisons un bref retour aux fondamentaux. Un parasitisme digestif mal contrôlé crée une entérite parasitaire, c'est à dire une inflammation de l’intestin voir de l'estomac. Les premières conséquences de cet état inflammatoire sont : des douleurs abdominales, des problèmes d'assimilation, une déséquilibre des flores intestinales. Si la situation perdure, s'en suit une baisse de l'immunité, des carences diverses, un risque de fourbure augmenté, des troubles de l'humeur, de la fatigue, une perte d'état, une fonte musculaire ect... Nous pensons à tort que sauf exception le parasitisme à l'herbage est bien maîtrisé partout. Malheureusement c'est loin d'être le cas. je rencontre fréquemment des situations sanitaires limite, où la santé et le bien-être des animaux sont impactés sans que les propriétaires réalisent ce qui se passe réellement. De plus en plus souvent je constate que les signes cliniques digestifs sont banalisés et justifiés par une approche naturelle du parasitisme. Or une phase de renforcement de l'immunité ne passera jamais par une entérite parasitaire aussi légère qu'elle soit.. De même c'est une croyance que de penser que l’animal peut supporter son parasitisme.. soit ils cohabitent et les populations parasitaires se développent très peu soit l'animal est dépassé et la croissance des parasites est exponentielle rapidement. Il n'est pas rare qu'au terme d'une consultation ou d'un bilan parasitaire sur troupeau je sois dans l'obligation de recommander un recourt aux vermifuges chimiques en urgence pour améliorer la situation. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura à terme pas d'autres solutions. Mais lorsque la pression parasitaire est forte il n'est jamais possible de tout régler en l'espace d'une semaine, cela peut prendre plusieurs mois voir une à deux années. Dans ces cas là il faut admettre que nous sommes dans une impasse. Au même titre que les antibiotiques dans certaines infections, un vermicide peut sauver des vies.. Arrêtons de banaliser le parasitisme. Si une personne à une expérience positive après l'arrêt total des vermifuges chimiques c'est que le parasitisme a un impact modéré chez elle. Ne suivez pas son exemple vous pourriez mettre en danger vos animaux Fuyez les conseils des personnes qui banalisent le parasitisme et vous incite à stopper les traitements sans bilan préalable. Sachez que pour les cas simples, faire un bilan en autonomie est possible sans débourser trop d'argent. Les visites de bilan ne sont nécessaires qu'en cas de problème. Pour la région ouest Bretagne, des « infos parasites » parasites et des rappels de vigilance en fonction de la saison sont publiés sur le site et la page Facebook du cabinet.

Vous êtes intéressé ? likez la page pour vous abonnez ou demander votre inscription à la news letter sur la page de contact du cabinet www.alterveto.com

78 vues0 commentaire