• cabinet altervéto

Médecines holistiques.. entre concept à la mode et réelle évolution.

Mis à jour : août 23



Les médecines holistiques sont de plus en plus souvent revendiquées par certains thérapeutes et leur patients.

Derrière cette appellation il n'existe pas de concept technique réellement établi.

Une médecine holistique est principalement un positionnement éthique en réponse à la déshumanisation de la médecine scientifique.



Comment définir le caractère holistique d'une médecine ?


Le holisme est un courant de pensée né en 1920.

Il a pour principale théorie que l'homme est un tout indivisible qui ne peut être expliqué par ses différentes composantes (physique, physiologie et psychique) considérées séparément. (définition du petit Robert)

On résume souvent à tort une approche holistique à un système de pensées globales pour un objet scientifique. Ce qui est exact si l'on reste exhaustif et que l'on garde une dimension philosophique, sans réduire l'étude aux aspects purement techniques.


Le holisme réintroduit au sein des sciences médicales l'idée que chaque être vivant est un tout unique et que la guérison questionne aussi la spiritualité.

La réflexion sur le caractère holistique du vivant est présente depuis l'Antiquité.

Les problématiques de sens et d'essence des êtres sont conceptualisés par la citation :

" le tout est plus que la somme de ses parties, ou autre qu'elle ".

Il est amusant de constater que cette citation est à la fois grecque et chinoise, puisque d'après Google®, elle serait attribuée à une simple nuance près à Aristote et à Confucius :


La totalité est plus que la somme des parties, Aristote

Le tout est plus grand de la somme des parties, Confucius


L'exercice d'une pratique s’inscrivant dans une réflexion holistique , comme l'ostéopathie ou le shiatsu, amène tôt ou tard une réflexion ontologique sur les maladies, les symptômes et les thérapeutiques qui y sont associées.

Dès lors un seul écueil devrait animer le thérapeute : considérer le malade comme un tout unique et ne plus se focaliser sur son symptôme.


Les médecines holistiques sont intégratives


Depuis quelques années, les médecines holistiques tendent à s'opposer à la médecine scientifique occidentale qui porte toute son attention sur le symptôme et n’individualise pas ou peu le malade.

Par extension, on pourrait penser que certains traitement comme l'homéopathie sont par essence holistiques.

Attention, il ne faut pas confondre médecine et traitement.

L'homéopathie pratiquée selon les préceptes d'origine fait appel à la théorie du vitalisme et répond à la définition du holisme. Mais si on l'on prend un complexe homéopathique contre les verrues par exemple, on suit une prescription l'allopathique contre le "symptôme verrues" sans tenir compte du malade.

Par opposition, il n'est donc pas question d'exclure les traitements pharmaceutiques des prescriptions holistiques .

La pensée holistique est avant tout intégrative et créative.


Rechercher une dimension holistique dans le soin métamorphose complètement les règles de prescription et le rapport thérapeute - traitement - patient.

Cela implique notamment de :

^ tenir compte de l'unicité de chaque malade

^ d'accorder le traitement au malade et non pas simplement à son symptôme.


Il est grand temps de reconsidérer la médecine comme un art pour prendre soin et pour guérir.

Notre société a développé un rejet irraisonné de la mort et de la maladie. Chez les animaux de compagnie, cela se traduit par un désir de les garder jeunes et en pleine santé. Chaque maladie et les séquelles de l'âge sont souvent mal vécus par le propriétaire.

Les approches holistiques comme l'ostéopathie, le shiatsu, l'acupuncture... etc, séduisent car elles offrent un potentiel supplémentaire de guérison et pourront soulager des maux pour lesquels la médecine scientifique est impuissante.

Mais cela ne signifie pas pourtant qu'elles sont en mesure de tout rétablir..

Lorsque les tissus sont irrémédiablement modifiés, que le processus pathologiques sont trop avancés les symptômes ne pourront pas disparaitre. Dans ce cas un travail d'acceptation sera nécessaire pour un accompagnement optimal.


Pour conclure, cette réflexion du Dr vet Dominique Giniaux est encore et toujours à méditer " la bonne santé n est heureusement pas de ne rien avoir, c est de s'entendre avec toutes les bizarreries que l on a. "

Dr vet Emilie Salesse

le 22 / 08 / 20

104 vues
  • Facebook Social Icône

pratique exclusive

des médecines alternatives

consultations sur RDV

en cas d'urgence,

contactez votre vétérinaire

traitant habituel