• cabinet altervéto

Patient difficile.. et si vous souffriez d'un manque d'écoute ?

En soutien à tous les patients dits « difficiles », voici mon point de vue sur un des aspects de la technicité médicale imposée : le manque d'écoute.


L'écoute est sans nul doute la qualité la plus importante chez un professionnel de la santé animale.

Qu'il soit vétérinaire spécialisé ou non, dentiste, maréchal ou podologue, ostéopathe, kinésithérapeute ou autre, un praticien qui ne maîtrise pas l'art de l'écoute, de l'observation et de la remise en question ne sera jamais un professionnel performant.

Au mieux avec le temps et l'expérience il deviendra un bon technicien de santé. Mais pour de nombreux patients son travail sera insuffisant voire parfois non adapté et délétère sur le plus ou moins long terme.


Il est relativement difficile de définir ce qu'est l'écoute et encore plus d'évaluer sa qualité.

Par contre il est plus aisé de repérer un manque d'écoute chez un praticien au travers des conséquences associées pour l'animal et son gardien.


En consultation, je rencontre souvent des personnes qui ont été malmenées par un professionnel qui a manqué d'écoute à leur égard.

Évidement, je vis aussi ce type de déboires avec certains praticiens.


Quelques soit la discipline, lorsque le praticien manque d'écoute il risque de passer à côté de points essentiels dans l'équilibre pathologique acquis par le patient et de proposer une prise en charge que le corps ne sera pas en mesure accepter.


Selon la sensibilité et le degré de conscience de sa maladie, le patient (ou son gardien) va plus ou moins entrer en résistance contre le traitement.

La médecine évoque dans ce cas un manque d'adhésion..

Puis les résultats au traitement vont être faible voir absent.

On évoque alors des symptômes récalcitrants..


Le patient se transforme doucement mais sûrement en cas difficile..


A ce stade si le praticien manque d'écoute, il ne sera plus quoi faire.

Face à l'absence de solution alternative à proposer, il n'est pas rare que de tels praticiens reportent de manière inconscientes (ou pas) la responsabilité de l'échec thérapeutique sur leur client.

Cette situation est souvent lourde de conséquence. La suite dépendra de l'état d'esprit du propriétaire.

Les personnes qui placent une grande confiance dans le praticien penseront que leur animal est impossible à soigner et vont se fermer à tout traitement alternatif.

Les personnes ayant de l'expérience vont se « rebeller » et peuvent perdre confiance dans l'ensemble des professionnels.

Enfin il n'est pas rare que les personnes sensibles et empathes entrent dans un processus de culpabilisation.


Que faire.

Déjà il faut repérer le moment où la situation relationnelle se dégrade.

Dès que l'on vous qualifie facilement de client trop émotif, stressé voire difficile et qu'on vous reproche de vos poser trop de questions, méfiance.. vous êtes sûrement aux limites de votre interlocuteur.

Cela ne nécessite pas forcément de changer de praticien, mais un deuxième avis ou bien des techniques complémentaires avec un autre thérapeute pourront vous aidez à garder l'équilibre.

Par contre si le dialogue est difficile, que vous ne parvenez pas à vous sentir compris dans vos inquiétudes et que vous n'êtes pas serein en fin de consultation, ne vous forcer pas indéfiniment.. changez d'intervenant.

La confiance s'acquiert avec le temps mais elle doit s'acquérir.. si à l’issue de 2 à 3 consultations vous ne vous sentez toujours pas à l'aise avec un professionnel, c'est inutile voire risqué d'insister..


Enfin, si l'état de santé de votre animal n'est pas bon, les symptômes seront difficiles à soigner. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent.

Il est dans un premier temps nécessaire d'avoir un bon diagnostic afin d'évaluer la pertinence des traitements et de relativiser les « échecs ».


Heureusement il est possible de bien vivre sa maladie aussi grave soit elle ! Un bon professionnel est capable de vous accompagner dans cette voie.

Même si cela demande, plus de temps, plus d'humilité, plus de remise en question le chemin de l'acceptation et de l'apaisement est la portée de tous..


Pour conclure, retour aux fondamentaux avec cette réflexion du Dr vet Dominique Giniaux encore et toujours à méditer " la bonne santé n'est heureusement pas de ne rien avoir, c'est de s'entendre avec toutes les bizarreries que l'on a. "

29 vues0 commentaire