• cabinet altervéto

Hiver doux.. faut il vermifuger plus tôt au printemps ?





Certains s'inquiètent à juste titre des risques accrus de parasites d'herbage comme les strongles et craignent des infestations plus précoces et plus massives.


un hiver doux ne rime pas toujours avec augmentation du parasitisme


En réalité, on observe que les conséquences d'un hiver doux sur les populations de parasites sont très variables d'un élevage à l'autre.

il ne faut pas perdre de vu que les deux paramètres clé de la multiplication des parasites d'herbage au printemps sont :


  • le statut parasitaire à l’automne, qui joue sur les populations transhivernales

  • le statut immunitaire à la sortie de l'hiver, qui détermine le potentiel de multiplication à la reprise des cycles au printemps.


A la fin de l'hiver, explorer le parasitisme ne se fait donc pas de la même manière qu'en saison d'herbage.. Avec un peu réflexion et l'éclairage d'une analyse coprologique bien prescrite il est cependant possible d'avoir une vision correcte de la situation des animaux et de leur apporter une réponse adaptée en cas de besoin.


Si les parasites ne vont pas tarder à se réveiller, il ne faut pas pour autant avancer la date d'administration du vermifuge de printemps à la première alerte... En cas de doute réaliser une COPROLOGIE peut être une vraie bonne idée à cette période de l'année !

Quand et pourquoi faire une coprologie à cette période de l'année ?


1. Les animaux présentent des signes cliniques de parasitisme

Perte d'état, mauvais aspect du poil, abdomen gonflé, fatigue et chute de production.. autant de signes qui peuvent aussi venir d'une alimentation mal adaptée.

Or avec la sécheresse en 2019, les stocks de fourrages diminuent et les fins de stock peuvent être de moindre qualité. Dans ce cas la coprologie va permettre d'objectiver le bénéfice réel d'un vermifuge pour l'animal afin d'éviter une administration inutile et de déstabiliser une flore intestinale fragile.

Comme nous l'avions évoqué le mois dernier dans la rubrique conseil du mois, en cas de problème à la fin de l'hiver il faut avant tout penser alimentation et complément minéral.


2. Les animaux présentent une baisse immunité au moment de la mise à l'herbe

baisse de forme, jeunes, fin de gestation et début de lactation sont des situations provoquant une baisse des défenses immunitaires qui peut s'accompagner d'une augmentation des taux d'excrétions des oeufs de strongles dans les selles.. une coprologie à la mise à l'herbe permettra si nécessaire d'anticiper la contamination des sols au printemps par la mise en place plus précoce des compléments à base de plantes, des traitements ciblés, la gestion des rotations.. etc.



Vous souhaitez approfondir ? la fiche élevage du réseau FRAB paru en 2019 vous donnera des clés de compréhension sur la biologie des strongles chez les petits ruminants, infos aussi valables pour les équidés et les bovins.

fichier téléchargeable sur ce lien :

https://www.agrobio-bretagne.org/wp-content/uploads/2019/07/FICHE_TK_PARASITISME_PETIT_RUMINANT_WEB.pdf




  • Facebook Social Icône